L’année liturgique expliquée à ma fille : 14 – Le Christ Roi de l’univers

Nous voici arrivé à la fin de l’année liturgique et voilà donc le temps de conclure cette longue histoire qui nous conduit de la création du monde, à la venue du Sauveur (de l’Avent à la Nativité), de sa venue à sa mort et à sa résurrection (Pâques), de son Ascension au don du Saint-Esprit à son Église (Pentecôte), du temps de son Église aux temps derniers (Toussaint et Christ Roi).

« Ma #babygril, tu te souviens, nous avions parlé la semaine dernières de tous les justes qui vivent pour toujours avec Jésus et qui organisent une fois par an une surprise party : la Fête Annuelle des Saints et Martyrs (l’acronyme FASM a été repris par la suite par quelques amateurs de bière bien fraîche…). Après cette fête annuelle de tous les saints, on espère que plus tard, quand on aura été bien sage, on pourra avoir nous aussi notre carton d’invitation pour les rejoindre.

« Du coup, comme de parler de cette fête ça nous fait très envie, et bien l’église, depuis l’encyclique QUAS PRIMAS de Pie XI (11 décembre 1925) nous donne un petit mode d’emploi : beaucoup penser à Jésus, le remettre à sa juste place : au centre de notre vie. Pour cela on le fête le dernier dimanche de l’année (liturgique pas de l’année civile ni de l’année scolaire, hein ?) : on le fête dans sa grande gloire… ce petit bébé qui est venu se donner à nous dans la crèche de Noël, on reconnaît sa puissance et sa gloire sans fin.

« Ainsi, se conclue l’année par une fête qui évoque la Royauté de Jésus-Christ sur toute la Création (l’univers créé par Dieu) »

Je ne suis pas bien certain que #babygril maîtrise très bien le concept de roi, m’enfin bon… elle aura toute sa vie pour comprendre à quel point le mystère de Dieu est un mystère profond et à quel point grande est sa gloire.

Ainsi se conclue donc l’année liturgique et ma fille, toujours en avance sur son temps, crie déjà « Pi-oël » chaque fois qu’elle voit un « Père noël » ou même un « sapin de noël »… samedi, on a été faire des courses avec elle, et je peux vous garantir, que grande déjà était l’excitation de voir un peu partout des « Pioël » dans les magasins.

PS : je voudrais remercier les Cahiers Libres pour le très beau texte sur le Christ Roi que l’on retrouvera ici

PPS : une pensée particulière dans ce billet pour Zabou the terrible

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :