Pourquoi #ONLR ? (#LMPT, @undenous…)

On a vu récemment des #Homen interrompre la finale de Rolland Garros pour protester contre la loi n°2013-404, après les nombreuses « Manif Pour Tous », les veilleurs, les « comités d’accueils » organisés pour les ministres… bref des actions continuent et d’autres sont encore annoncées lors du Tour de France ou à l’occasion de la fête nationale.

Certains analystes semblent voir une « radicalisation » du mouvement d’opposition au mariage pour tous. Je crois que pour comprendre le phénomène il y a deux paramètres à prendre en compte : le fond « théorique » et un besoin de « liberté d’expression » qui semble avoir disparu du paysage français.

Sur le fond « théorique », il y a eu un premier « réveil » des consciences qui a été lancé en partie par les Evêques de France en août 2012. Ils ont remis en perspective les débats sociétaux en invoquant le bien de l’enfant. C’est en effet un bien pour l’enfant de « bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère ». Il ne s’agit pas ici de débattre sur le bienfondé de ce postulat, mais la question a été posée à peu près en ces termes et la question a été reçue sur ce terrain par une partie de l’opinion publique qui s’est emparée du sujet et qui s’est impliquée dans ce mouvement de contestation du « mariage pour tous », non sur le terrain des droits « patrimoniaux » des deux personnes qui veulent s’unir, mais sur le terrain de la filiation. Leur discours a continuellement été brouillé par des accusations d’homophobie ce qui a compliqué la communication qui devait en permanence être dans la défense de son propre argumentaire au lieu de travailler sur le fond de son message. Le sujet est en effet différent de celui du Pacs avec lequel il a souvent été comparé : en effet, les principales motivations des « anti-pacs » ne portaient pas sur le déploiement d’une équité des droits « patrimoniaux » entre les couples, mais sur le fait que le Pacs conduirait les revendications des lobbies homosexuels vers le mariage. Je n’étais pas à l’époque « anti-pacs » car je faisais alors confiance en la parole donnée par le Parti Socialiste de ne jamais ouvrir le mariage aux couples de même sexe.

Ce fond « théorique » s’est enrichi au fil des débats autour du projet de loi et au regard de l’actualité politique et scientifique. Pensons aux débats sur l’euthanasie, à la circulaire Taubira sur la GPA, au premier clonage humain, à l’enseignement de la théorie du « gender » ou de la morale laïque à l’école… Il apparaît alors aux yeux de certains que la voie suivie par l’équipe au pouvoir est une voie qui vise à « affranchir » l’humain des déterminismes naturels et familiaux et que celle-ci risque de précipiter notre civilisation dans un cahos libertaire où relativisme et individualisme primeraient sur toute autre valeur, à commencer par celle d’une recherche d’adéquation à la réalité.

Bref, le fond théorique s’élargi grandement pour défendre une certaine idée de l’Homme contre des idéologies qui veulent édifier un homme nouveau libéré de tout déterminisme un homme nouveau tout entier voué à l’hédonisme libertaire. Je force volontairement le trait, mais je ne suis pas certain que ma caricature soit forcément si éloignée que cela des pensées des uns et des autres.

Sur cette base théorique, des manifestations de grande ampleur ont eu lieu et l’attitude des pouvoirs publics et des grands media a crispé non seulement les participants mais aussi des citoyens d’une bienveillante neutralité. Plusieurs éléments laissent en effet une impression d’amertume :

L’écart des chiffres entre ceux de la Préfecture de Police et les organisateurs (qui avaient organisé des boucles de comptage et filmé les cortèges pour objectiver leurs chiffres) rend ubuesque tout travail de réflexion sur le sujet.

Le refus du CESE de se saisir du sujet (après que le président de ce qui s’est de fait auto reconnu comme un nouveau « comité Théodule » a pris ses « consignes » auprès du premier ministre) est incompréhensible pour un citoyen qui croit vivre dans une démocratie.

Le zèle dont les forces de l’ordre mettent pour conduire au poste de police (et parfois mettre en garde à vue) des personnes qui sont (de manière globalement calme et pacifique) en situation de « manifestation non autorisée » (que ce soit en faisant un pique-nique ou un footing en portant un sweat-shirt de la Manif Pour Tous, que ce soit en faisant une veillée à la lumière de bougies, que ce soit en sifflant un membre du gouvernement dans ses déplacements ou que ce soit en pénétrant sur le central de Roland Garros) peut paraitre surprenant en comparaison d’autre « actions » (campement d’infirmières devant le ministère de la santé pendant 1 470 jours, occupation de locaux par des sans papiers pendant de longs mois et nous pouvons citer plus récemment la profanation de la cathédrale de Paris par les Femen, les heurts suite à la victoire du PSG place du Trocadéro ou encore les peines avec sursis pour plusieurs braquages de RER… Cela peut laisser perplexe un observateur qui croit vivre dans un état de droit.

A cela s’ajoute le dynamisme avec lequel les forces de l’ordre font usage d’armes de catégorie D (gaz), dans des cas où la présomption de légitime défense n’est pas toujours évidente sur toutes les vidéos qui circulent sur internet (un exemple). Je me permets de citer à ce propos le Préfet de Police de Paris suite à la manifestation avenue de la Grande Armée le 24 mars 2013 :

« les forces de l’ordre ont été contraintes de s’interposer et de faire usage de gaz aérosols (qui est un outil individuel de défense des personnels quand ils sont agressés) ». 

Cette citation est délicieuse. Mais elle risque de laisser dubitatif celui qui cherche des relations de causes à effet dans des enchaînements logiques.

A cela s’ajoute les propos successifs sur les images non retouchées dont on apprend plus tard qu’elles ont quand même été floutées. Je pense que les photographes amateurs vont pouvoir examiner au compte fil la subtilité artistique de cette nuance…

Bref, cela fait beaucoup de choses… De petits détails, des petites compromissions avec la réalité ou avec certains principes et certaines valeurs… oui, il y a eu bien pire ailleurs, sous d’autres gouvernements, dans d’autres pays… je ne cherche pas à rentrer dans un décompte sordide des mesquineries qui ont pu servir nos dirigeants à étouffer des scandales divers ou à faire taire certaines voix gênantes… je suis bien conscient qu’il n’y a pas que la politique mise en oeuvre par Monsieur Hollande qui a franchi le Rubicon d’une politique humaine. Humaine, dans le sens où elle serait respectueuse des humains, de leur liberté, de leur conscience, de leur avenir ; je suis bien conscient que bien d’autres politiques, en France ou ailleurs, ont pris des distances d’avec la dignité de leur fonction. Par respect pour leur mémoire et pour laisser aux historiens la liberté de leur action, je ne souhaite pas citer d’exemple (et il pourrait y en avoir un certain nombre) ne pas citer d’autres chefs d’Etat Français encore vivants, je vais m’en tenir donc à citer par exemple le traitement au frais de l’Etat d’Anne Pingeot, concubine quasi officielle du Président Mitterrand et de leur fille « adultérine » Mazarine.

Cela pour montrer que la « constellation » de personnes qui peuvent plus ou moins se retrouver à travers des appellations comme écologie humaine, qui sont des personnes qui considèrent que l’humain est le « bien le plus précieux » sur cette Terre et qui se retrouvent plus ou moins précisément sur les contours de cette définition du « bien » mais qui refusent de voir l’humanité bradée au profit des désirs individualistes (et hédonistes), cette constellation se retrouve simplement aujourd’hui face à un double choc : un choc des valeurs d’une part avec un projet de société libertaire qui n’est pas en phase avec une vision d’une humanité fraternelle et un choc de l’exercice du pouvoir qui kidnappe le débat « rationnel » d’un monde moderne par un discours « affectif » d’une dialectique « post-moderne » qui refuse l’argumentation pour se réfugier derrière le sondage comme étalon du choix politique en lieu et place d’une recherche du « bien commun ».

Entre la destruction de valeurs d’une certaine idée de l’humanisme (je dis une certaine idée, car il doit bien avoir des lecteurs qui pensent de bonne fois que l’idéologie hédoniste et libertaire peut se revendiquer légitimement de l’humanisme et je ne souhaite pas ouvrir un débat sur ce sujet), et l’édification d’une démocratie de l’instantané, de l’affectif, du clientélisme où la recherche du « bien commun » n’est plus envisagée, où les débats sur une définition de ce « bien » est philosophiquement incongrue, entre ces deux axes qui se déploient, il y a en effet des citoyens qui veulent autre chose. Ils veulent autre chose et ont le sentiment de n’être ni écoutés ni entendus par un pouvoir en place utilisant des méthodes discutables afin de faire taire leurs revendications.

Que les postures se cristallisent, cela peut donc, sinon se comprendre, du moins s’expliquer par ces différents éléments.

De nombreux articles s’interrogent maintenant sur le « et après » de la Manif Pour Tous (que ce soit Isabelle de Gaulmyn, Koztoujours, Thomas More…). Mais quelle forme prendront les suites de cet « anti-débat » (pour qu’il y ait débat, il faudrait que les uns et les autres s’écoutent), cela je n’en sait rien. Je ne sais pas si les différentes personnes, les différentes sensibilités vont se « retrouver » dans un projet « politique » fédérateur. J’ai quelques doutes tellement les « sensibilités » sont différentes. Ce qui est évident, c’est qu’une partie de ces personnes aura été marquée, comme au fer rouge par ce qui s’est passé. Où va aller cette « opposition » ? Quel mur ces veilleurs vont-ils faire tomber ? une cinquième république rongée par le clientélisme ? un état où le « bien commun » est oublié ? Le champ des possibles est immense, mais le risque de dilution entre ceux qui voudront un apaisement « constructif », une certaine forme de coalition en guise de real-politik et ceux qui voudront que la lutte continue est réel. Sera-t-il alors un ciment fédérateur pour de nouvelles actions ? Ce qui est certain c’est que l’attitude d’une immense fermeté des pouvoirs publics donne l’impression d’un « traité de Versailles » avec son lot d’humiliation et de frustration pour une partie de la population. Cela relève d’un calcul politique extrêmement dangereux. Le risque de radicalisation du message et de la contestation politique, le risque de faire monter les extrémismes (au détriment des partis dits « de gouvernement »)… dans tous les cas, il y a fort à parier que face à de nouvelles « évolutions sociétales » qui seraient également perçues comme des régressions en ce qui concerne la prise en compte du l’humain, on retrouve des hashtags tels #ONLRJJJ

Publicités

2 Commentaires

  1. Tout à fait d’accord, et je partage votre crainte des effets secondaires type « traité de Versailles », dus à l’humiliation des manifestants dont le nombre a fait l’objet d’un déni du gouvernement et dont les propos ont été souillés et détournés par les media à la solde. Oui, la tentation de se radicaliser pour se venger de l’humiliation est grande. Les tweets sont d’ailleurs parfois révélateurs d’une exaspération qui ne trouve pas à s’exprimer autrement que dans le ressentiment. Et je n’échappe pas à cette règle, moi qui parfois broie du noir .
    Depuis le 26 mai, je nourris une double inquiétude: d’une part, celle de voir arriver d’autres lois que peu de gens vont combattre ( la loi sur l’euthanasie par exemple, tant il va être dur d’expliquer que nous ne voulons pas la souffrance ni prolonger la vie à tout prix mais l’accompagner dans l’apaisement de la souffrance et de la peur, humaniser la mort , temps qui est naturel et culturel, à vivre et à partager ). D’autre part, je ressens aussi la peur que certains des opposants deviennent, par désespoir, faute d’être entendus, violents.. Autrement dit, j’ai peur que nous échouions à cause de la nature non-démocratique de notre gouvernement et à cause des tentations non-démocratiques de certains de ses opposants…

    Par ailleurs, une autre difficulté se pose à nous : quoi que nous disions, face au rouleau compresseur idéologique et à l’amalgame qui le caractérise, nous devons en effet en permanence EXPLIQUER notre éthique… C’est même notre gloire . C’est aussi notre faiblesse!
    Notre gloire parce que nous devons argumenter donc nous cultiver, réfléchir…Bref, notre gloire vient de ce que nous RAISONNONS et que nous avons une haute idée de l’Homme, qui, pour nous,par exemple, reste digne même s’il est vieux, malade et dépendant puisque nous n’évaluons pas la dignité selon l’autonomie ou la performance.
    Mais notre faiblesse vient justement de ce que, pour comprendre notre éthique ( que nous soyons croyants ou pas ), les Français auraient tous besoin de réfléchir! Or nous ne vivons pas une époque où l’on pense mais une époque où l’on est sans cesse soumis aux émotions superficielles, rapides, éphémères . Epoque où l’opinion se donne pour pensée.. Epoque où une pseudo démocratisation de la parole donne la parole à égalité aux spécialistes et aux radios trottoirs. Les mensonges que relaient les media contribuent à cette non-pensée qui dilue la notion de mal et de bien, qui n’évalue pas les conséquences..(Voir le film H Arendt). Nous vivons , de plus, une époque où le fait de pouvoir s’acheter ou non un IPOD ou un ordinateur portable ou une trentième robe made in Tiersmondia, de se payer une place dans un parc américain etc.. compte plus que de penser et de s’engager..Le consumérisme effréné, la télévision et la pub abrasent tout désir de penser. Or, face aux questions du mariage pour tous, de l’euthanasie, de la recherche sur l’embryon, de la PMA GPA etc etc…il faut réellement penser. Or, la plupart des personnes qui défendent l’euthanasie ou le mariage pour tous sont trompées par une rhétorique de la pseudo-compassion, par un usage subtil de l’émotion… et n’accèdent pas à la pensée. Nous ne les convaincrons pas.
    Les responsables politiques, eux, savent ce qu’ils font et c’est délibérément qu’ils défendent une idéologie mortifère. Nous ne les convaincrons pas non plus……Il n’y a donc pas le choix, il faut changer de gouvernement!!!!.
    Seulement voilà: les perspectives umpistes sont parfois aussi proches de celles du PS , sur le plan sociétal, que le PS l’est de l’UMP , sur le plan social et économique. . Alors, où aller, compte tenu que le FN est hors de question pour un chrétien!!..La stratégie PS, à laquelle vous faites allusion en fin de billet, qui vise à détruire toute opposition, vise justement à faire encore et encore monter le FN pour qu’en 2017 nous devions « voter PS dans un grand sursaut républicain »…Stratégie cynique, révoltante, dont les historiens rendront compte.

    Donc, penser et s’engager, sans violence, mais où ? J’irai voir du côté de l’écologie humaine…Mais je suis persuadée qu’il y a un quatrième élément à tenir : nous ne toucherons les gens que si nous prenons AUSSI à bras le corps des questions nécessaires, dont certaines (seulement certaines,hélas ) taraudent les Français et dont le gouvernement ne parle pas ou peu : les questions d’injustice sociale, de chômage, la redécouverte d’un enseignement qui transmette la culture humaniste, la beauté, la poésie….Bref, si nous parvenons à PROPOSER aux Français un modèle de société qui leur dise qu’ils sont dignes, que leur culture, leur origine, sont valables, qu’ils peuvent miser sur la France et que pour ça, on a besoin d’eux!!
    Mais proposons-le pacifiquement. Et j’en reviens à mon inquiétude numéro deux: SI , désespérés, NOUS NOURRISSIONS UN ESPRIT DE VENGEANCE, nous perdrions toute la beauté de notre mouvement et toute sa possibilité de fécondité FUTURE. Nous devons absolument éviter la violence, et, à la place de désirs de revanche « post traité de Versailles », proposer positivement un autre monde, montrer dans nos engagements sociaux et politiques que nous sommes chrétiens en acte et pas seulement « en parole et en manif « …
    Il nous faut enfin, et c’est mon cinquième élément à considérer, réinvestir les lieux délaissés: les hôpitaux, les lycées et collèges, les media et la culture..Ne pas laisser l’enseignement aux menteurs ( en lycée catho, ma fille a très bien entendu toute l’année la théorie du genre s’exprimer en cours de SES via un prof que personne de la direction ne trouve gênant), ni aux ignares ( on parle du niveau des élèves mais celui de certains profs est parfois alarmant), ne pas priver les élèves de la possibilité de  » s’élever », de lire les grands textes etc ( c’est difficile, oui, mais c’est possible). Ne pas laisser, de même, les malades livrés à la société qui les aura sinon persuadés de leur inutilité, qui leur fera intérioriser l’idée de leur  » déchéance » de façon à ce qu’ensuite, « spontanément, ils demandent la mort eux-mêmes » et que les charitables de l’ADMD ( qui est dans tous les postes clés des hôpitaux) s’en emparent…avec les économies que l’on sait sur le budget de la Sécu. Ne pas laisser les films, les livres, les musées..pilonner la culture judéo-chrétienne et son anthropologie.
    Donc s’engager en politique ( mais où grands dieux), réinvestir les lieux stratégiques, refuser le piège de la vengeance, proposer à temps et à contre-temps une société juste et solidaire….La tâche est immense..Et chacun de nous est bien petit.
    J’oubliais..Mais le meilleur est pour la fin, dit-on..Il nous reste toujours, toujours, la prière.

    Marie Coulon

  2. J’apprends après avoir écrit ce mot qu’un petit jeune a été condamné aujourd’hui à 2 mois fermes apparemment immérités et disproportionnés. J’en tire 2 conclusions:
    1) il faut l’aider, surtout s’il est confirmé qu’il n’a été coupable de rien de répréhensible
    2) il faut continuer dans le pacifisme. La radicalisation, c’est décidément ce que cherche ce gvnmt qui attend qu’on lui donne raison. Ne lui donnons pas raison. Ne lui donnons aucune raison de vaincre ce mouvement qui est né et va continuer…même si on ne sait pas encore comment…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :