De l’apostasie de @Catnatt

Une apostasie est toujours un acte personnel, une décision « éminemment respectable » pour reprendre les mots de Monsieur Hollande, alors Président de la République en exercice, au sujet de la démission de Benoit XVI. C’est pour cela que je cite dans le titre de ce billet le nom de la personne qui pose cet acte. Elle l’a fait à travers un billet d’une grande pudeur et d’une grande dignité.

Puisque le commentaire n’est pas possible, j’aimerai évoquer ici quelques réflexions qui me viennent à la lecture de son billet.

J’ai avant toute chose envie de dire qu’à titre personnel, je ne ressens pas le message de l’ « Eglise » comme un message porteur d’intolérance ; peut-être n’avons nous pas rencontré les mêmes témoins sur notre route, pas lu les mêmes textes du Magistère… Nous n’avons pas le même ressenti, c’est tout. Cela ne nous empêche pas de partager nos « perceptions » de différents sujets et, dans le cas précis de l’Eglise catholique. Certains propos de certains catholiques sont pour le moins choquant sur le sujet du Mariage homosexuel, j’en conviens. Mais je n’oublie pas que certains catholiques se sont rendus coupables de biens des crimes, à commencer par Judas, l’un des apôtres (un des évêques, pourrait-on dire) qui a vendu le Christ… en terme de « comportement malheureux », il faut bien avouer qu’il a mis la barre très haute, non ?

Pour en revenir aux « témoins » (prêtres, cardinaux, religieux…) que j’ai eu la chance de rencontrer dans la construction de ma conscience chrétienne, j’ai vu des personnes remplies d’amour, soucieuses de nous faire rencontrer le Christ et, à travers le Christ de nous faire aimer notre prochain. L’aimer toujours plus sincèrement. L’aimer en parole, en écoute et en actes. Je n’ai jamais entendu dans leur bouche de jugement (dans le sens « condamnation »), mais des lumières pour discerner au fond de mon cœur où le Christ m’invite à le suivre.

Je me permets également une digression personnelle sur le terme de « hiérarchie » dont vous faite mention dans votre lettre. Je ne pense pas qu’il y ait une « hiérarchie » dans l’Eglise catholique. Il y a une organisation, qui repose sur les évêques. Les évêques ont une double mission : une mission « d’enseignement » au nom de Jésus « qui n’a pas d’autres bouches que nos bouches pour dire des paroles d’amour » et que l’on croit inspirés par l’Esprit Saint ; ils ont aussi pour mission d’administrer les sacrements (et dans certains cas ils partagent cette dernières avec les prêtres). Mais de hiérarchie au sens « managerial » il n’est, à mon sens, pas question. Il n’y a qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes (chaque homme au sens personnel du terme, vous, moi, mon voisin…), et ce médiateur c’est le Christ.  Que « l’organisation administrative » soit imparfaite, c’est hélas la douloureuse contrepartie de l’Ascension ; le Christ nous a laissé, nous les hommes à notre responsabilité. Avec son Esprit, mais avec nos faiblesses…

Aussi, si je comprends que vous puissiez trouver « inadmissible » certains aspects de ce que l’on peut voir de l’Eglise (je suis assez prudent sur la terminologie car je ne suis pas certain que ce que l’on arrive à en voir au travers du prisme médiatique nous permette toujours de nous faire une juste opinion du sujet ; je me dis plutôt que pour y voir plus clair, il vaudrait mieux frapper à la porte d’une église ou d’un monastère et prendre le temps d’échanger avec quelqu’un qui saura se faire l’avocat du diable…), j’ai moi même parfois été « choqué » par certains sujets, je ne vous rejoint pas, ou plus, sur la solution. Si l’apostasie « silencieuse » pour reprendre les mots du Pape François a été une solution vers laquelle je me suis tournée par un détournement de l’Eglise, je ne trouve pas qu’elle soit aujourd’hui la solution. L’Eglise c’est nous, le peuple des « baptisés », mais aussi les fidèles, tous ceux qui sentent leur cœur battre en voyant la Croix du Christ, ce nouvel Arbre de vie.  Pour ceux qui ont été baptisés, nous sommes devenus « prêtres, prophètes et roi » par l’efficacité sacramentelle. Ne nous appartient-il pas, chacun avec nos moyens, forts de nos « talents » de faire avancer la conscience chrétienne collective sur les pas du Christ. Nous ne sommes pas moins dignes ou moins légitime que n’importe quel autre chrétien, tout pape ou évêque qu’il soit pour vivre de l’Esprit Saint. Qu’en faisons nous ? Savons nous être serviteur du Christ ? Ma prise de distance avec votre démarche n’est ni théologique, ni politique, elle est tout simplement humaine : je me dis que c’est bête de lâcher l’affaire : nous avons encore tellement de chose à faire ensemble.

Je tiens à vous remercier pour la franchise de vos propos et – malgré vous – à vous remercier pour les différentes réaction que votre billet a provoquées, en particulier celle du Petit Chose qui m’a particulièrement ému.

En guise de post scriptum, voici deux derniers points de désaccord « techniques » sur lequel je voudrais vous entretenir :

En premier lieu, celui de l’amour de Dieu qui serait, pardonnez-moi si je caricature vos propos, un amour « gentil » : Jésus peut être dure avec ses disciples lorsque, par exemple, il dit à Pierre « passe derrière moi, Satan […] ta façon de voir n’est pas celle de Dieu, mais celle des hommes » (Mt 16, 23) ; Jésus peut être sévère avec les marchants du temple : « Alors il se fit un fouet avec des cordes et il commença à les jeter tous hors du Temple avec leurs bœufs et leurs brebis. Il renversa les tables des changeurs et fit rouler leur argent par terre. Puis il dit aux vendeurs de colombes : ‘Enlevez-moi cela d’ici et ne faites pas de la Maison de mon Père une maison de commerce’.  » (Jn 2, 15-16). J’ai dit dans un précédent billet qu’à mon sens, si Jésus est bon, il n’est pas poire non plus. Je crois (mais c’est là mon opinion personnelle) qu’il faut éviter un certain « angélisme » dans la vision de la religion. Si le Christ appel tout le monde, il n’est pas pour autant question d’une porte large, mais bien d’une porte étroite. Cela étant vrai pour le Christ, qui « jugera les vivants et les morts ». Il ne nous appartient pas à nous, humains, de regarder la paille dans l’œil de notre frère. Aussi, je vous rejoins parfaitement pour déplorer les propos de certains de nos frères chrétiens qui semblent parfois plus proche d’une condamnation que d’une parole d’espoir.

Enfin la citation que vous utilisez disant « qu »il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » me semble relever plutôt d’une vision de l’obéissance aux lois de Dieu par rapport aux lois « temporelles » (c’est-à-dire celles des gouvernements). En effet, lorsque Saint Pierre répond au Sanhédrin et au grand prêtre « C’est à Dieu qu’il faut obéir d’abord, non aux hommes. Le Dieu de nos pères a ressuscité ce Jésus que vous avez fait mourir, suspendu au bois. Dieu l’a élevé, il l’a mis à sa droite comme un chef, un Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés. Nous sommes témoins de ces choses, et avec nous l’Esprit Saint que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. » (Ac 5, 29-32) il me semble qu’il s’agit là plus d’une vision relative aux institutions temporelles et non pas à l’autorité apostolique telle qu’elle peut être exprimée en Luc 10, 16 par exemple. Ainsi, à titre personnel votre apostasie me touche et m’interpelle : comment puis-je donner un visage plus « aimant » du Christ pour remplir la mission que le Christ nous donne en Lc 10, 3 « Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups » ou en Jn 13, 35 « Ayez de l’amour entre vous ; c’est ainsi que tout le monde reconnaîtra que vous êtes mes disciples. » Sommes nous donc de si mauvais croyants que nous faisons fuir nos propres frères dans le Christ ?

Au-delà de nos « divergences » de vue, je tiens à vous renouveler mon grand respect pour votre décision, pour la dignité avec laquelle vous avez choisi de la partager « sur la toile ». Je tiens également à vous remercier pour la lecture de ce billet, d’autres textes qui « découlent » de celui-ci, comme celui du Petit Chose ou celui de Tomas More ; mes remerciements sont à la hauteur de la qualité de la réflexion que vos propos ont permis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :